Vignette automobile

La vignette automobile est un impôt annuel sur les véhicules en circulation, qui se traduit par l'obligation d'acheter et d'apposer une figurine fiscale spéciale, ou "vignette", sur le pare-brise de chaque voiture assujettie.



Catégories :

Fiscalité automobile - Automobile - Droit du transport

Recherche sur Google Images :


Source image : www.autoblogger.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La vignette automobile est supprimée pour les spécifiques depuis 2001. Sont surtout concernés les véhicules mention VP sur la carte grise (voitures... (source : cg87)
  • En 1984, le produit de la vignette est transféré aux départements ainsi qu'à la... millions de véhicules qui ne donneront plus lieu au paiement de la vignette.... (source : oulala)
  • ... le tarif de base de la vignette automobile est de 142 francs (véhicules de 1... Le président du conseil général prépare le budget du département et le ... (source : espacemarnie)

La vignette automobile est un impôt annuel sur les véhicules en circulation, qui se traduit par l'obligation d'acheter et d'apposer une figurine fiscale spéciale, ou "vignette", sur le pare-brise de chaque voiture assujettie.

La Suisse, l'Autriche ou la Tchéquie (cette dernière instituant en outre un impôt direct sur l'usage des véhicules professionnels) font payer une vignette annuelle qui autorise la circulation sur autoroute.

En France

En 1956, les finances publiques françaises sont à sec, mais Guy Mollet veut trouver une nouvelle source de financement pour garantir un revenu minimum à l'ensemble des personnes âgées qui plus est de 65 ans, via un nouveau «Fond National de solidarité». Le choix se porte sur l'automobile, produit reconnu comme luxueux à l'époque. La vignette est assise sur la «puissance fiscale» (les véhicules d'importation étant d'une puissance fiscale un peu supérieure, l'État incite par la même occasion à la consommation nationale). Les plus de 65 ans en sont exonérés.

Cette année-là, ce nouvel impôt a un effet contestable sur les finances publiques : la consommation d'automobile baisse et la perte de TVA dépasse à elle-seule le produit du nouvel impôt (270 millions de francs de l'époque[réf.  nécessaire]), sans compter les effets indirects sur l'industrie automobile française et ses salariés. Les années suivantes, cet effet est masqué par la croissance continue du secteur, et l'État ne renonce pas à cet impôt.

La constitution de 1958 réaffirme le principe d'unité du budget de l'État, et interdit d'affecter une recette à une politique. En 1973, l'état prend acte de ce principe et récupère directement le produit de la vignette, mais le gouvernement promet de verser un montant rigoureusement équivalent au Fond National de solidarité[réf.  nécessaire]. Rapidement, on constate que les montants perçus et les montants versés changent : à partir de là, les dénonciations se succèdent, et persistent toujours actuellement, parce qu'elle ne finançait plus ce pour quoi elle avait été créée et l'État n'avait pas tenu l'engagement pris devant le parlement en 1973[réf.  nécessaire].

En 1984, avec la décentralisation, l'État se met à l'abri de la critique récurrente : il transfère aux départements la prise en charge sociale des "anciens" et leur concède la recette de la "vignette" mais aussi la responsabilité d'en fixer le montant. En 2001 elle est supprimée pour l'ensemble des véhicules spécifiques (l'État versant à la place une nouvelle dotation aux départements), mais continue d'exister pour les véhicules professionnels.

Le montant de la taxe, qui est proportionnel à la puissance fiscale du véhicule (mais en même temps dégressif selon l'ancienneté), est fixé depuis 1984 par le Conseil Général de chaque département, et son prix est par conséquent particulièrement variable d'un département à l'autre (ce qui a été un autre motif de critique de cette taxe, accusée de ne pas être équitable).

Certains conseils généraux ont eu recours à des politiques tarifaires «agressives» pour inciter les sociétés qui immatriculent énormément de véhicules (en particulier les sociétés de location) à le faire dans leur département. La Marne, de 1996 à 1999 à peu près, fixa un prix de la vignette de moitié inférieur à la moyenne des autres départements, attirant de particulièrement nombreuses sociétés, au point que le nombre d'immatriculations dans ce département fut multiplié par cinq, et les recettes de la vignette y furent par conséquent plus que doublées (sans compter l'augmentation des recettes perçues pour l'établissement des certificats d'immatriculation, qui sont perçues non par le département, mais par la région). La Seine-Maritime depuis 2002 et l'Oise depuis 2003 ont rendu la vignette gratuite pour l'ensemble des véhicules, et la plupart de véhicules de société sont aujourd'hui immatriculés dans ces départements.

La vignette désignait à l'origine le justificatif qui était délivré après paiement de la taxe, ainsi qu'à partir de 1972 sous la forme d'un macaron autocollant mentionnant l'année, qui devait être apposé sur le pare-brise du véhicule pour permettre un contrôle visuel rapide de la part des autorités, puis par extension le mot a désigné la taxe elle-même. Ce justificatif a été totalement supprimé en 2001.

En 2008 il est envisagé de reprendre le principe d'une taxe annuelle sur les véhicules par l'extension du Bonus Malus lié à la vente des véhicules neufs. Les véhicules reconnus comme les plus polluants devraient être taxés chaque année en plus du malus lié à l'achat du véhicule neuf, pour financer la pérennité du dispositif mis en place suite au Grenelle de l'environnement[1].

Voir aussi

Notes et références

  1. http ://www. lefigaro. fr/debats/2008/07/02/01005-20080702ARTFIG00498-bonus-malus-la-cruelle-simplification-de-la-toise. php Article du Figaro du 2 juillet 2008 : extension du Bonus-Malus]

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignette_automobile.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 13/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu